Bandeau Editions KC Galerie CK

Jean Gabriel Jonin






Oeuvre originale de Jean Gabriel JONIN
Oeuvre originale de Jean Gabriel Jonin

SPIRITUALITE PLASTIQUE

Par Christian Karoutzos

Jean-Gabriel Jonin, à ses débuts, a côtoyé de près Salvador Dali d’une manière intime à Port Lligat. Lorsqu’on l’interroge sur cette expérience vécue, on comprend immédiatement son admiration à l’égard du maître, il fut longtemps influencé par l’esprit de Dali et tout en ayant trouvé le souffle de sa création, il reste toujours un je ne sais quoi de cet univers Dalilien dans la création de Jonin, mais saisir le réel dans son foisonnement n’est pas nécessairement subir son ascendant en se soumettant à des contraintes imitatives. D’ailleurs, ce que l’on croit percevoir du tangible n’est jamais ce que la main réinvente dans la solitude de l’atelier, ainsi chez Jonin, issue d’une connivence privilégiée avec Dali, son oeuvre n’hésite pas à dire ses sujets, mais elle en transmue la vérité immédiate par des homologies qui dépassent la stricte relation du connu.

Jonin travaille sur le thème christique, le Christ en tant qu’homme, en organisant un grand théâtre en prise sur un vécu signifiant, mais sa préoccupation première, est la mise en situation à travers une focalisation dynamique sur le corps du Christ. Cette vision profane où se mêlent nombres de mythes oppressants qui rongent l’homme contemporain. Cette manière de mettre son anatomie en mouvement, ce corps mutilé, désespéré où ne subsistent que les traces de la transhumance de l’homme ou de son attente. On aura compris qu’il ne s’agit pas ici de susciter la jubilation esthétique, mais de porter l’image, à son plus haut degré, par conséquent, nul repos, dans cette respiration heurtée, rien que des temps forts. Une oeuvre à vif, mentale et viscérale, ouverte à la réflexion, à la fois pulsionnelle et retenue.

Jonin est-il plus sculpteur que peintre ? Probablement les deux à la fois. C’est dans les poubelles des cimetières qu’il fait son marché, récupérant des bondieuseries, en les détournant de leurs fonctions premières. Le Christ en croix est très présent, la manière de le découper, de le briser parfois et de le mettre en scène progressivement, requis par la concentration de cette image du corps, il s’agit plutôt d’une confortation, entre le corps et l’espace, où l’homme évolue dans le quotidien de l’artiste, qui se situe dans un processus de méditation continue, son oeuvre atteint une telle dimension mystique qu’elle ne peut manquer d’envoûter l’amateur d’art.

Cliquez sur une photo pour l'agrandir

Editions KC - Galerie CK - 4, rue du Terrail - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél/Fax : 04 73 90 71 34 - Portables : 06 62 35 55 86