Bandeau Editions KC Galerie CK

Lahcen Khedim






Peinture originale de Lahcen KHEDIM
Peinture originale de Lahcen Khedim

Lahcen Khedim

Par Christian Karoutzos

Passant devant la Villa des Arts à Paris, j'ai voulu revoir l'atelier de Jean Cournarie, un ami d'enfance. Me mettant sur la pointe des pieds de manière à voir par-dessus la vitre l'intérieur de l'atelier, la porte s'ouvrit, deux hommes se tenaient debout devant moi. L'un d'eux m'invita à entrer. Après quelques échanges, j'ai compris que Lahcen Khedim était plasticien. J'ai appris, plus tard que Leo Guillaume était scénariste et comédien.

Une odeur de neuf se dégageait de cet atelier, il venait d'être restauré par la ville de Paris, mes souvenirs de jeunesse virent le jour et une alchimie s'opéra entre ces jeunes artistes et moi-même, au fur et à mesure de notre conversation les ouvres défilèrent devant moi. J'ai pensé qu'après le déclin de l'hégémonie culturelle américaine, une domination en partie imputable à la bienveillance de certains marchands, encouragés et sollicités par un pouvoir ignorant les fluctuations artistiques de notre temps. J'ai été heureux de constater que bien des forces vives de l'art sont là, cachées à l'abri des ateliers dans nos villes.

Après avoir examiné les ouvres dans leurs diversités et leurs richesses interrogatives, j'ai deviné l'exigence de Lahcen Khedim et le caractère irremplaçable de sa création, on suppose une force peu commune libérée des codes esthétiques dominants et de toutes logomachies.

Dans la figuration analytique le référent est l'objet, on considère sa problématique à partir de la texture qui le constitue dans le sens et l'imaginaire, ainsi que dans sa source afin d'en signifier le concept, la visualisation de l'image est donc plus mentale que sensitive.

Cette figuration prend en charge l'idéologie, la sociologie et l'affirmation philosophique de notre monde contemporain. L'ouvre de Lahcen Khedim est peuplée de fantasmes et de rumeurs troubles, sous l'impulsion du mental et probablement de l'inconscient, dans un processus métamorphique et métaphysique, en marge des mouvements répertoriés qui se recoupent et entretiennent quelquefois la confusion.

Lahcen Khedim interroge son inconscient sur l'écriture, c'est-à-dire le phénomène visuel de la signification éprouvée comme nécessité originelle, on y décèle de la condensation formelle, une générosité d'expression productrice de sens, d'interventions et de signes chaotiques, une énergie singulière pour dire les choses dans un esprit puissant dégageant une synergie révélatrice. C'est du chaos que naît la lumière, que naît la vie, en somme Lahcen Khedim tente l'approche de l'ultime décalogue en investissant un sol mouvant, le sol de la vie, semé d'ambiguïtés et d'incertitudes, « l'art n'a pas besoin de certitude » disait Nietzsche.

Cliquez sur une photo pour l'agrandir

Editions KC - Galerie CK - 4, rue du Terrail - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél/Fax : 04 73 90 71 34 - Portables : 06 62 35 55 86